Eragon le Forum !


 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Saeros Ydrasil [Validé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Saeros Ydrasil
Chef des magiciens
avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 25/10/2012

MessageSujet: Saeros Ydrasil [Validé]   25.12.12 18:42

Saeros Ydrasil




      • Nom: Ydrasil
      • Prénom : Saeros
      • Sexe : [ ♂/♀ ] ♂

      • Âge du personnage : 103
      • Clan rejoint : Armée Elfique
      • Race : Elfe


>>> Aspect physique
[size=6].
    • Physionomie :
    Saeros est petit pour sa race. Quoiqu’il soit un elfe, on pourrait le confondre avec un humain ce qui lui valu quelques railleries durant sa jeunesse, mais qui furent de courte durée lorsque ce dernier répliquait. Outre le fait qu’il ne soit pas très grand et le fait qu’il puisse passer la majorité de son temps le nez dans un livre, il possède une musculature à ne pas négliger. Plusieurs furent surpris par sa rapidité de mouvement que lui permettait sa petite taille. Ainsi, lors de duel, il mise sur la lenteur de son adversaire et non sur sa propre force physique.
    Le magicien possède les traits caractéristiques de sa race, visage fin et oreilles pointues. Il laisse néanmoins que très rarement transparaitre ses émotions préférant miser sur une dureté de ses traits. Ses yeux jaunes, tel ceux d’un félin, portent généralement un regard blasé ou condescendant sur ce qui l’entoure. Son visage était encadré de cheveux noirs de jais coupés courts laissant aux gens plus sophistiqués le loisir de porter eux-mêmes une longue chevelure.

    • Vêtements :
    L’habit du magicien était toujours impeccable. Chaque couture était au bon endroit et une miette se retrouvant sur l’étoffe était vite chassée. Il varie très peu dans la palette de couleurs qu’il porte. Du gris au bleu, la couleur était toujours sombre et avec très peu d’éléments décoratifs. Il porte aux poignets une paire d’avant-bras usées faite de cuire qui avait auparavant appartenu à son père. En plus des ces « bracelets », il hérita de son père une ceinture d’où pendait un nombre impressionnant de petits sacs et une cape bleue nuit dont il ne se séparait que très rarement. Saeros porte toujours son capuchon rabattu, lui permettant de cacher la moitié de son visage.

>>> Aspect psychologique

.
    • Psychologie :
    Taciturne et sibyllin, le magicien se mêle peu aux autres. Ils sont d’une telle insouciance, chacun cherchant leur petit moment de gloire, qu’ils ne méritent le respect de l’elfe. Passant ses moindres moments de temps libre à approfondir ses connaissances en rune et en Ancien langage, il dénigre ses relations personnelles le rendant intimidant pour ceux qui ne le connaissent pas. Se faire des amis n’est pas une priorité et il préfère la solitude que lui procure son caractère souvent inamical. Yume (voir autre prédef) reproche souvent la solitude de son mentor qui ne fait rien pour améliorer la situation. Son cercle « d’amis » est très restreint et il ne donne sa confiance qu’à de très rares occasions. Ces êtres privilégiés peuvent ainsi constater que derrière une coquille dure se trouve une gentillesse bien cachée. Quoiqu’il puisse les apprécier, lorsqu’il prend une décision, Saeros n’accepte aucune discussion. Il hait être contredit et pour lui, sa voix fait loi chez les magiciens. Jusqu’au moment où Elenoy décide. Le chef mage se plie toujours à la volonté de sa souveraine quoiqu’il puisse lui en coûter. Friant de l’étiquette elfique, il en applique les règles avec minutie.

    • Particularités :
    Une précision doit être apportée ici. Saeros ne déteste pas spécialement les humains puisqu’il n’aime en générale que très peu d’individus. Il ne leur fait pas tout simplement pas confiance. Depuis qu’il y a une tendance de plus en plus élevée à retrouver des elfes et des demi-elfes chez l’Empire, le magicien a tout autant perdu tout crédit dans les différentes espèces d’Alagaesia. Ainsi, il ne combat que pour protéger ceux qui lui sont cher, mais si plusieurs peuvent en douter.

    Une autre particularité de l'elfe est un tic qui le distingue. Dès que quelque chose ne lui plait pas, il a une tendance à exprimer son mécontentement en fronçant le nez.

>>> Biographie
.
    • Histoire :
    Une femme, les mains en porte voix, cria une nouvelle fois le nom de l’enfant. Elle fixa l’orée de la forêt qui s’étalait de l’autre côté de la clairière verdoyante espérant y voir apparaître rapidement son fils. Le soleil déclinait rapidement et il serait bientôt caché par les montagnes.

    « Saeros! Saeros, viens ici tout de suite! »

    Saeros regarda par-dessus son épaule délaissant la contemplation d’un cresson des bois. Le vent léger du printemps porta jusqu’à lui une nouvelle fois la voix impatiente de sa mère et il savait qu’il ne pouvait tarder. Il fronça le nez et laissa échapper un soupir avant de reprendre le chemin de retour d’un pas traînant. Le jeune garçon n’avait pas pu terminer son étude de la fleur et il regrettait ne pouvoir rester encore une heure de plus dans les bois. Il savait toutefois que faire attendre sa mère n’était pas une bonne idée.

    Quelques minutes plus tard, la femme, toujours postée au même endroit, vit son fils trouer l’épais mur feuillu. Celui-ci marchait lentement, les mains dans les poches et le regard vague. Arrivé à la hauteur de sa mère, il s’arrêta sans piper mot. Celle-ci l’embrassa sur le front tout en lui plaquant les cheveux. L’enfant fronça une nouvelle fois du nez par signe de désapprobation. Il réprouvait tout signe d’affection même provenant de sa génitrice. L’amour était un sentiment traitre qui pouvait même se révéler fatal. Il l’avait appris à ses dépends le jour où son père s’était sacrifié pour lui.

    Maer Ydrasil était un maître magicien. Doué, il avait su se faire une place parmi les siens et siégeait au conseil. Dans sa réussite professionnelle, il négligeait toutefois sa famille dû à ses devoirs et Sylia, sa partenaire de cœur et d’esprit, le lui reprochait. Leur enfant avait besoin de son père et le petit garçon, même âgé de huit ans, démontrait un pouvoir grandissant. Sans réel modèle, Saeros était un vrai petit sauvageon et son incapacité à contrôler les flux magiques en lui le rendait dangereux. Maer devait faire quelque chose, mais toujours parti comment aurait-il pu? Un jour que le garçon jouait dans la forêt profonde, un groupe d’individus l’enleva. Qui étaient-ils, jamais Saeros le su. Il reprit conscience que lorsque la nuit avait étendu son long manteau noir. Il se trouvait au milieu d’un cercle formé par des gens qui restaient dans l’ombre. L’angoisse l’envahit. Un homme se détacha de l’assemblée un couteau à la main. Un murmura traversa le cercle enflant de plus en plus. Le garçon ne comprenait pas ce qu’il disait, mais voyait clairement la lame chatoyer sous les rayons lunaires. L’homme lui enjoignit de tendre la main devant lui. Contre tout sa volonté, Saeros présenta sa main. L’étranger la prit et alors qu’il s’apprêtait à érafler la paume du garçon, il s’arrêta une lueur d’incompréhension dans les yeux. Quelqu’un le manipulait. Tranquillement, il tourna le côté pour le mettre face à lui et d’un coup se poignarda. Une confusion envahit le cercle et c’est lorsqu’un groupe armé envahit la petite clairière que tous comprirent. Certains ne tardèrent pas à s’enfuir alors que d’autres se lançaient à l’assaut des arrivants. Saeros, au milieu de cette tempête, tremblant et pleurant, ne savait où aller. Il sentit alors des bras l’agripper pour le retourner. Devant lui se trouvait désormais son père qui venait de lui sauver la vie. Celui-ci regarda rapidement la main de son enfant avant de le prendre dans ses bras. L’homme laissa échapper un « je t’aime » à l’oreille de son fils avant d’émettre un hoquet de stupeur. Il desserra son étreinte avant de porter les mains à son cœur. Son regarda se voila avant qu’il ne bascule vers l’avant manquant d’écraser le garçon. Saeros vit alors le couteau planter dans le dos de son père et l’étranger blessé à nouveau debout. L’enfant hurla attirant l’attention de tous sur la scène qui venait de se dérouler. Sans attendre un elfe courut l’attraper et l’emmener loin du danger alors qu’un autre s’attaquait à l’étranger.

    Cinq ans étaient passés depuis cet évènement et Saeros n’avait plus remis les pieds à Ellesmera. Sa mère avait décidé par tous les moyens protéger son chéri quitte à l’éloigner de la civilisation. Ce fut ainsi qu’ils s’installèrent dans une chaumière au bord du lac Röna où personne ne venait les déranger. Ce jour là était néanmoins une exception. Un voyageur était arrivé alors que l’enfant se trouvait dans les bois. Lorsque Saeros entra dans la chaumière, il eut un moment d’arrêt. Il entendit sa mère entrer à son tour.

    « Saeros, voici Finea Soro. Il était le meilleur ami à ton père », la voix de la femme se brisa. Rare était les fois qu’elle invoquait son ancien amant.

    Le garçon salua l’inconnu en touchant ses lèvres du bout des doigts et celui-ci lui répondit de la même façon. L’enfant regardait de bas en haut l’autre.

    « Comment vas-tu Saeros? », lui demanda l’homme.
    « Bien merci. »
    «Et comment aimes-tu la vie ici? »

    Le garçon regarda sa mère derrière lui. Il n’osait pas dire qu’il s’ennuyait et qu’il désirait quitter cette chaumière. Saeros avait pensé à de nombreuses reprises s’enfuir et partir découvrir le monde. De plus, il savait qu’il ne pourrait améliorer ses talents en restant avec sa mère.

    « J’aime beaucoup », dit-il en regardant sa mère.
    « C’est ce que je croyais » répondit après un moment de réflexion. « Sylia, peux-tu me laisser seul avec ton fils. »
    « Ça non! ». La réponse avait été catégorique. « Tu l’as vu, il va bien tu peux maintenant t’en aller. »

    L’homme soupira. Saeros, lui, regardait les deux adultes sans comprendre ce qu’il venait de se dérouler. Il n’avait jamais vu sa mère perdre aussi rapidement son sang-froid. Elle ordonna alors avec colère à son fils de sortir. Celui-ci fronça du nez avant d’obéir. Il pourrait toujours écouter de dehors.

    « Comment oses-tu venir ici? » dit Sylia d’une voix sourde.
    « Écoute-moi. J’avais fait une promesse à Maer. »
    « Tu m’en avais fais une aussi! »
    « Je ne t’ai jamais promis rien! Tu m’as donné un ordre », voyant la femme ouvrir puis refermer la bouche il savait qu’il pouvait continuer. « Maer m’a demandé de prendre soin de son fils si un malheur lui arrivait. Après sa mort, j’ai cru que tu quittais Ellesméra pour un court laps de temps et pas pour cinq ans. Tu sais très bien qu’en le gardant ici, tu gâches son talent. Il était doué à huit ans. Imagine ce qu’il pourrait devenir si… »
    « Si je le laissais partir? Tu oserais m’arracher la dernière personne que j’aime? »
    « Qu’il parte ne t’empêchera pas de le voir. »
    « S’il part, il ne reviendra pas. Je le sais et toi. »
    « Sylia, tu ne vois pas que tu l’étouffes avec ton amour? Il aura bientôt quatorze ans et il a le droit de choisir ce qu’il désire devenir. Laisse-moi lui proposer de venir avec moi à Ellesmera, je peux l’aider. »
    « Ça non! »
    « Oui! Oui je désire partir! » Saeros était entré dans la chaumière lorsqu’il avait entendu Finea hausser le ton pour être sûr que le garçon entende.
    « Ne soit pas sot, tu ne partiras pas » lui dit sa mère.
    « Qui va m’en empêcher? Toi? » demanda l’enfant. « Je partirai avec Vodhr Finea que tu le veuilles ou non. »

    Devant l’air buté de son fils, Sylia savait qu’elle avait perdue. Jamais il ne reviendrait sur sa décision. Elle le regarda suppliante, mais elle n’obtint qu’un froncement de nez. S’en était fini. La femme sortit de la chaumière afin de ne pas s’effondrer devant leur visiteur et son fils. Finea en profita pour régler leur départ qui se ferait le lendemain matin. Rendu à la capitale, Saeros deviendrait l’apprenti de l’homme. En échange, le garçon l’aiderait dans ses affaires. Après cette courte discussion, l’enfant prit congé afin d’aller voir sa mère. Celle-ci, assise au milieu de la pleine regardait apparaître les premières étoiles. Il l’embrassa sur la tempe et s’assit à son côté et resta en silence. Le temps passa et lentement, Saeros s’endormit la tête posée sur les cuisses de sa mère qui en profita pour jouer dans les cheveux noirs de son fils. Au matin, Finea vint se poser derrière elle.

    « Il est l’heure de partir » lui dit-il.
    « Encore un petit cinq minutes. »
    « Non, laisse-le maintenant. » Il réveilla lui-même le garçon.

    Les chevaux étaient déjà prêts à partir et ils n’entendaient que leurs cavaliers. Saeros se dirigea vers eux laissant Finea et sa mère seuls.

    « Il lui ressemble énormément. »
    « Je sais. Lorsque je le regarde, j’ai l’impression de voir son père. »
    « Merci », finit par dire l’homme.
    « Ne me remercie pas, tiens seulement ta promesse faite à Maer. »

    Sur ce, le magicien rejoint son nouvel apprenti et ils quittèrent la clairière. Sylia, restée seule derrière, s’écroula en pleurant.

    *****

    « Donne moi ce livre veux-tu? » lui demanda Finea.

    Saeros n’entendit pas son ancien maître. Plongé dans sa lecture, il n’avait plus conscience du monde qui l’entourait. Les runes autrefois incompréhensibles lui avaient ouvert un monde rempli de merveilles. Finea regarda celui qui fut autrefois son élève. Désormais âgé de 75 ans, le jeune homme avait depuis longtemps supplanté les connaissances du vieil elfe. Plus doué encore que son propre père, Saeros n’avait jamais fini de progressé et plus il avançait dans l’art de la magie plus il allongeait les moments passés le nez collé sur les pages jaunies des livres de la bibliothèque d’Ellesméra tout en oubliant toutes relations « humaines ». On reconnaissait sa puissance magique et son talent, mais son tempérament taciturne lui attirait quelques remarques amères selon quoi, il devrait utiliser un peu de sa magie pour lui procurer de la gentillesse. Finea avait toujours pris la défense de son protégé, mais ses paroles faisaient rarement le poids face au comportement glacial du jeune elfe envers les gens de son peuple. On effaçait difficilement soixante-et-une années par de beaux mots.

    « Saeros! »

    Toujours aucune réponse. Le vieil elfe se leva et attrapa le livre à côté de son cadet. Un sourire effleura ses lèvres et d’un mouvement il frappa le jeune homme avec l’aide de la couverture du bouquin. Le coup s’arrêta néanmoins à moins de deux centimètres des cheveux de Saeros. Doucement, il releva le nez de sa lecture et regarda tristement son ancien maître.

    « Je m’attendais à mieux de ta part, mais on voit que la vieillesse joue sur ton caractère. »
    « Ce n’est pas la vieillesse, mais ta détestable personne. »
    « Si j’étais aussi détestable que vous le dites, nous ne passeriez pas autant de temps en ma compagnie. »
    « C’est un sacrifice que je fais. Sans moi, le beau peuple aurait à t’affronter seul. »
    « On devrait donc construire une statue en ton honneur pour témoigner la reconnaissance qu’il t’est dû. »
    « J’attendais depuis soixante ans cette statue. »

    Saeros sourit. Ce sourire équivalait au rire qui secouait désormais le vieil elfe. Le jeune magicien songeait à tout ce qu’avait fait son aîné depuis qu’il l’eut connu. Il avait appris plus que l’art des runes et de la magie à ses côtés et il lui en était reconnaissant. Il ne le lui avait jamais montré ouvertement cette gratitude, mais Finea savait combien il lui en était redevable. Ce maître était devenu un modèle et ce modèle un père.

    « À quoi penses-tu? » lui demanda Finea voyant le sourire de son protégé s’élargir.
    « Peut-être prendrais-je bientôt un apprenti. »
    « Que l’arbre Menoa nous en garde. »

    *****

    Saeros regarda l’adolescent se mordre les lèvres. Le jeune garçon avait encore une fois oublié la réponse à la question et il ne désirait pas décevoir son maître. Le magicien lui attendait en pianotant sur son bras. Être professeur de la magie se révélait plus dur qu’il ne l’aurait pensé et sa patience était souvent mise à dure épreuve. Les milles et unes question que l’enfant lui posait sans compter les commentaires qu’il ne se gênait pas à lui poser avait parfois le don de l’exaspérer. Il aurait dû y penser à deux fois avant d’accepter la proposition de Finea de prendre le garçon sous son aile. Il avait cru prendre un élève, pas une deuxième ombre. On lui avait dit que l’adolescent était prometteur, mais pour l’instant Saeros en doutait. Comment pourrait-il en être autrement si son élève n’était même pas capable de se rappeler des bases.

    « Tu lui mets trop de pression » dit alors une voix derrière lui.
    « Comme si tu ne faisais pas pareil avec moi à son âge », dit l’interpelé en faisant face à son ancien maître.
    « Raegi et toi n’êtes pas la même personne. Comment désires-tu qu’il se souvienne de quoi que ce soit si tu lui fais peur. »
    « Je ne lui fais pas peur. »
    « Même un Urgal serait horrifié par le regard que tu portes à ce pauvre enfant. »

    Saeros regarda son apprenti. Il était vrai qu’il avait été dur avec Raegi. Il voyait désormais l’adolescent tel qu’il était; terrorisé de décevoir son maître. Le magicien fronça le nez par désapprobation. Pourquoi ne l’avait-il pas remarqué plus tôt? Il avait été aveugle durant un mois parce qu’il avait été trop concentré sur le désire de démontrer qu’il pouvait être un bon maître plutôt que sur son apprenti lui-même. Pour l’heure, Saeros ne faisait que donner raison à tous ceux qui doutaient de ses capacités. C’est alors qu’il fit ce que jamais auparavant il n’avait fait; il s’excusa. Raegi en fut surpris, puis il sourit. Malgré le peu de temps qu’il avait passé aux côtés du magicien, il savait qu’il venait d’assister à l’impossible. Ce moment fut de courte durée puisque le maître reportait à nouveau l’attention sur le vieil elfe.

    « Tu n’es sûrement pas venu me voir simplement pour me dire que j’étais effrayant. »
    « Tu as raison, on demande à tous les maîtres magiciens de se réunir. »
    « Sais-tu pour quelle raison? »
    « La guerre est déclarée. »

    *****

    « Reste avec moi! » Le magicien venait de crier. À genoux dans la poussière et le sang, il tenait le corps inerte de son apprenti. Il utilisa sa magie pour le faire revenir à la vie, mais rien n’y changeait. Il devait être capable de le faire. Il avait étudié l’Ancien langage durant la quasi-totalité de son existence, il ne pouvait échouer. Saeros sentit quelqu’un lui empoigné l’épaule l’enjoignant à se relever, mais il ne pouvait se résoudre à abandonner Raegi. Ils durent être trois pour l’obliger à se relever et l’éloigner de son désormais ancien élève. Le désespoir l’envahit à chaque nouveau pas. L’attaque était un cuisant échec et le maître magicien voyait les rangs Vardens et elfiques en déroutent. La présence inespérée des seigneurs parjures avaient rapidement fait des ravages. Saeros, lui, désirait que retourner dans la mêlée afin de pouvoir planter son épée dans le cœur du traite au dragon rouge et ainsi venger son apprenti. Malgré tous ses efforts pour se libérer, on ne le laissa pas repartir. Ses trois compatriotes le traînèrent jusqu’au camp à un demi-lieue du champs de bataille avant de le relâcher. Ce fut alors qu’il vit la nouvelle reine et son escorte. Au travers des gens qui s’attroupaient derrière Elenoy Sil’Wielith se trouvait le commandant de leur section. Ce lâche qui n’avait su suivre les directions. Cet humain qui n’avait pas su écouté les conseils de Saeros par orgueil.

    Le maître magicien se leva afin de suivre le groupe. Sur un signe du général des armés, tous se séparèrent son commandant de section se dirigeant vers la forêt. Saeros n’eut aucun mal à prendre l’homme qui l’intéressait en filature. Lorsqu’il fut assuré qu’ils n’étaient que tous les deux, l’elfe sortit de l’ombre pour attraper sa proie et la plaquée contre un tronc. Aucune émotion n’était lisible dans le regard du magicien.

    « Ydrasil! » s’écria l’homme lorsqu’il eut reconnu son assaillant. « Comment oser vous vous en prendre à votre commandent? »
    « Vous êtes un idiot vous le saviez? »
    « Je n’accepterai aucun irrespect de votre part. Il y aura des conséquences à votre comportement.»

    Saeros serra un peu plus sa main autour du cou du commandant. Il sentit la pulsation sous ses doigts s’accélérer un peu plus, au grand plaisir de l’elfe. Les humains étaient si vulnérables, comparable à des poupées des porcelaines. Néanmoins, ce n’était pas la faiblesse de cette race qui dérangeait le magicien, mais bien leur stupidité.

    « Je vous avais dit de ne pas séparer nos forces » dit avec rage faisant fi de l’avertissement. «C’était voué à l’échec, même avant d’avoir mit les pieds dans la ville ».
    « J’ai fait ce que j’ai cru… » couina le l’humain sentant la pression autour de son cou se resserrer à nouveau.
    « Vous avez cru? » Saeros ne put retenir un rire glacial. « M’avoir écouté aurait permis de sauver plus de la moitié des soldats que nous avons perdus. » Et Raegi serait toujours en vie ajouta-t-il pour lui-même.

    Une lueur de courage traversa le regard du commandant lorsqu’il sentit l’elfe retirer quelque peu sa main.

    « Votre rôle est d’obéir Ydrasil, pas de diriger. Et ce n’est surtout pas de me rendre coupable de la mort de mes (il appuya sur le déterminant) hommes alors que nous étions attaqués par deux seigneurs parjures. Je nous compte chanceux d’être toujours en vie. »

    Le magicien vit rouge. Tout bon sens avait disparu de son esprit. Il leva le poing s’apprêtant à frapper l’humain lorsqu’une main puissante l’en arrêta. Surpris, Saeros se retourna pour voir Kieran Seregon, un lieutenant elfique, le fixer. Il devait les avoir suivis en voyant l’elfe suivre seul son commandant. Sans un mot, seulement avec le regard, le guerrier fit comprendre au magicien que s’en était fini; qu’ils allaient repartir ensemble et oublier ce qu’il s’était passé. À regret, le maître descendit la main et relâcha le cou de l’humain avant de suivre Kieran. Le trajet se fit en silence et, une fois arrivés au camp, ils se séparèrent. Saeros se dirigea vers sa tente et lorsqu’il fut à l’intérieur s’effondra sur son lit. Il tenta vainement de trouver le sommeil puisque demain était prévue une nouvelle attaque.

    *****

    Saeros posa son regard sur la nature gelée de ce début d’hiver. Son cheval s’ébroua comme pour demander pourquoi cet arrêt forcé. Le magicien prit quelques instants pour réfléchir au passé.
    Cela faisait exactement neuf ans que Raegi était mort et le conflit n’était toujours pas terminé. Samael Ril’Solendur était devenu roi et ses seigneurs parjures étaient plus redoutables que jamais. Il y eu aussi des changements dans les hautes sphères de commandement tant chez les Vardens, le Surda, que chez les elfes. De son côté, Saeros avait été promu suite aux tristes événements qui chamboulèrent tout l’Alagaesia il y a de cela cinq années. Maintenant à la tête des magiciens du Du Weldervarden, l’elfe avait délaissé quelque peu les livres pour se concentrer sur ses nouvelles tâches. Sa nouvelle fonction l’avait propulsé dans le monde de la politique elfique bien malgré lui. En tant que chef magicien, il devait assister aux réunions du conseil du beau peuple aux côtés de la reine Elenoy et de Kieran Seregon (lui aussi promu au rang de général des armées). Les talents du magicien lui avaient permis d’obtenir ce poste et non son grand cœur ou son ouverture aux autres. Néanmoins, le résultat était qu’il donnait les ordres et ne les recevaient que d’une personne; la reine. Il s’adressait toujours à elle avec respect et ferait tout pour la protéger.
    Il était néanmoins là, sur sa monture, prêt à entrer dans Uru’baen afin de récupérer un livre qui était des plus importants. Saeros talonna sa monture afin de rejoindre ses compères.


    • Famille :
    Son père, Maer Ydrasil, était un maître magicien. Réputé dans l'ensemble du Du Weldervarden pour ses compétences en Ancien langage, il était rapidement devenu une référence. Néanmoins, il était souvent absent pour son fils de par ses obligations. Sylia est une femme bornée qui éduqua quasiment seule son fils. Malgré qu'elle désapprouvait les longues absences de son partenaire de coeur et d'esprit, elle l'aimait plus que tout et chérissait Saeros. Lorsque Maer fut tué en tentant de sauver son enfant, Sylia surprotégea ce dernier pour ne pas le perdre. Ce qui eut l'effet contraire puisqu'il la quitta.


>>> Arme de prédilection
.
    • Description :
    Saeros possède deux dagues qu'il porte à sa ceinture. Les lames sont faites d'obsidienne, une pierre vitreuse sombre qui fut solidifié par la magie, lui permettant d'y garder un grande quantité d'énergie. Les pommeaux ne présentent aucun signe distinctif ou fioriture qui pourrait trahir la valeur réelle des armes.

    • Acquisition :
    Il les hérita à la mort de son père en même temps que ses autres biens. On dit que Maer les aurait reçu de la reine Islanzadi pour service rendu. Aucun archive ne relate toutefois cette cérémonie.



>>> Question subsidiaire
.
    • Comment avez-vous connu le forum ? : Google

    • Quelque chose à ajouter ? : [Code bon : Elenoy]


_________________


Dernière édition par Saeros Ydrasil le 27.12.12 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenoy
Reine des Elfes et Maître Dragonnière
avatar

Féminin Nombre de messages : 4551
Age : 25
Localisation : Question à laquelle je ne veux pas répondre
Statut | Rang | Clan : Maître Dragonnière | Reine des elfes | Varden
Votre Dragon | Arme : Miremel | épée elfique + lance rétractable
Age du personnage : 24 ans en apparence
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   25.12.12 19:21

Bienvenue sur le forum encore une fois !

Superbe présentation, je vois que tu t'es bien occupé de mon Saeros ^^. Bon courage pour la suite.

_________________


There is something I see in you. It might kill me but I want it to be true « Elenoy's Theme »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azael
Seigneur Parjure & Bras droit de l'Empire
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 23
Localisation : Route victoire, Kanto
Statut | Rang | Clan : Demi-elfe et Ombre/ Seigneur parjure/ Empire
Votre Dragon | Arme : Tintaglia / épée en vif acier : Hvitr Sundava
Age du personnage : Jeune dans sa tête
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   25.12.12 19:26

Bienvenue Saeros Smile C'était mon favori chez les PP elfes amuse toi bien avec ^^
Et bonne chance pour la suite. On se revoit à l'event.

_________________


"So what if you can see the darkest side of me ? "

Spoiler:
 
Azael's themes : 1  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kveykva
Shur'tugal Freohrs et Chef de Milice
avatar

Masculin Nombre de messages : 161
Age : 22
Localisation : Sur le dos de Rexia et pas loin Du Weldenvarden...
Statut | Rang | Clan : Demi-elfe/Dragonnier/Rebelle Obscur
Votre Dragon | Arme : Rexia/Épée elfique du nom de Flauga,Bouclier nain et un arc elfique
Age du personnage : 20 ans
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   25.12.12 23:29

Bienvenue!

_________________



Spoiler:
 


Ne perds jamais espoir quand quelqu'un te dit au revoir,Kveykva
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gûrlsvogh
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age : 20
Localisation : Itinérant
Statut | Rang | Clan : Kull/Neutre
Votre Dragon | Arme : Ascûdgamln, mains nues, couteaux de chasse en os, ce qui lui tombe sous la main
Age du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 29/08/2012

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   26.12.12 11:45

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzac
Parjure
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 18
Localisation : Urû'baen
Statut | Rang | Clan : Noble | Parjure | Empire
Votre Dragon | Arme : Kazran | Possède une épée à une main.
Age du personnage : 25 ans.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   26.12.12 18:33

Bienvenue, bons rps et bravo pour ta prez ^^ Saeros est un perso que je trouve super, amuse-toi bien avec !

_________________
Signature:
 



" Le corps humain pourrait bien n'être qu'une apparence. Il cache notre réalité. Il s'épaissit sur notre lumière ou notre ombre. la réalité, c'est l'âme. A parler absolument, notre visage est un masque. Le vrai homme, c'est ce qui est sous l'homme. [...] L'erreur commune, c'est de prendre l'être extérieur pour l'être réel."
- Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer.

Arzac - Thèmes 1 et 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saeros Ydrasil
Chef des magiciens
avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 25/10/2012

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   27.12.12 18:32

Présentation enfin terminé... je me penche sur l'Event le plus rapidement possible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenoy
Reine des Elfes et Maître Dragonnière
avatar

Féminin Nombre de messages : 4551
Age : 25
Localisation : Question à laquelle je ne veux pas répondre
Statut | Rang | Clan : Maître Dragonnière | Reine des elfes | Varden
Votre Dragon | Arme : Miremel | épée elfique + lance rétractable
Age du personnage : 24 ans en apparence
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   27.12.12 19:33

Bien tout est impeccable, je n'ai rien à dire. Dans ce cas je te valide de ce pas.

_________________


There is something I see in you. It might kill me but I want it to be true « Elenoy's Theme »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saeros Ydrasil [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saeros Ydrasil [Validé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eragon le Forum ! :: :: Membres :: :: Présentation :: Présentations Validées-
Sauter vers: