Eragon le Forum !


 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Présentation MAJ de Éliane Karmer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eliane
Sergent de l'Empire
avatar

Féminin Nombre de messages : 577
Age : 19
Statut | Rang | Clan : Sergent de l'Empire - Ex Rebelle
Votre Dragon | Arme : décédé / épée, dagues
Age du personnage : 22 ans

Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Présentation MAJ de Éliane Karmer   23.05.12 20:32

Éliane Karmer



      • Nom: Karmer
      • Prénom : Éliane
      • Sexe : [ ♀ ]


      • Âge du personnage : 18 ans
      • Clan rejoint : Empire
      • Race : Humaine


>>> Aspect physique
.
    • Physionomie : [ 5 lignes minimum ]Éliane est plutôt grande et élancée, musclée au combat. A la beauté sauvage, ombre parmi les ombres et guettant sa proie. Elle a le visage en ovale, bien dessiné et à la courbe régulière. Les pommettes hautes et saillantes. Le nez effilé. Les yeux enfoncés sous l'arcade, vert d'eau et les sourcils arqués à la manière des elfes. Ses traits ne sauraient cependant égaler la finesse de ceux du beau peuple. Des cheveux de jais encadrent son minois, o combien ravissant.

    • Vêtements : [ 3 lignes minimum ]Elle porte l'uniforme de l'Empire. Sa tenue se compose d'un pantalon de velours rouge et d'une chemise dont les manches partent en taffetas. Le tout superposé d'un pourpoint matelassé ainsi que d'une redingote brodée d'or, finement taillée et à boutons de manchette. Quand tout tout ceci n'est pas rembourré de sa cotte de maille ! Éliane est chaussée de hautes bottes de cuir à lacets et boucles de métal.

>>> Aspect psychologique
.
    • Psychologie : [ 5 lignes minimum ]Éliane est très distante vis-à-vis des autres depuis la mort de sa dragonne et très différente de qui elle a pu être par le passé. Rares sont les sourires qui étirent dorénavant ses lèvres. Elle parle peu et n'aime guère donner son avis. Encore moins débattre sur un sujet x. La jeune fille préfère de loin rester dans l'ombre. Ce en dépit de ses énormes capacités. Peu lui importe le grade et la fonction qu'on lui attribue. Du moment qu'elle est respectée et libre de ses allées et venues. Méfiez-vous cependant à ne pas trop la sous-estimez. En ce cas, ne vous étonnez pas si vous retrouvez un beau jour une de ses lames fichée en travers de votre gorge. Se dégage d'elle un puissant charisme et une autorité hors du commun. Éliane aime cette impression de grandeur. Car elle sait le valoir bien. L'impériale a un sens aigu du devoir et tient à son honneur. Malgré tout, elle reste fidèle à ses amis – bien que comptés et triés sur les doigts de la main -, en toute circonstance et ce quoiqu'il arrive.

    • Particularités : [5 lignes minimum ]Éliane a perdu sa jambe le jour-même de la mort de sa dragonne. Une extension de métal, le tout enrubanné d'ancien langage poursuit son genoux gauche.

>>> Biographie
.
    • Histoire : [ 15 lignes minimum ]Petit mix d'extraits de rps. Je me suis arrangée comme j'ai pu mais je pense que ça ira. -

    Éléonore brûlait d'inquiétude. A tel point que ses mains en tremblaient. L'impériale, surprenant le regard insistant de son époux, cacha ses doigts dans les plis de sa robe et pivota vers la fenêtre. La tension était à son comble. De son point d'observation, elle vit le chevalier Kolia pénétrer dans les quartiers de Sir Fabian. Éléonore tira les lourds rideaux de velours, puis se retourna. Assez ! Jordan posa son verre et décroisa les jambes. L'heure était grave. Pourtant, il était déjà trop tard. L'homme aurait beau se battre, les défendre jusqu'à son dernier souffle, cela n'y changerait rien. Ses tripes se nouèrent. Il ferma les yeux, comptant sur son dragon pour le réconforter. « Areamis... » Et une chaleur sourde poignit à ses épaules. Soit. Le dragonnier fit crisser les pieds de sa chaise et tête baissée, s'avança vers sa compagne. Laquelle se jeta dans ses bras. Tous deux restèrent là, enlacés dans les bras l'un de l'autre. La sentir tout contre lui lui faisait du bien. Cependant... Il s'arracha à son étreinte. Éléonore tenta bien de résister, en vin. Il tînt bon. Elle pénétra donc dans leur chambre à coucher et écarta la moustiquaire tandis que se découpait à la lueur de la bougie le visage de la petite, éveillée :

    - Triste ?

    Le jeune femme tressaillit, puis renifla bruyamment. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire complice et comme souvent, elle posa l'index sur ses lèvres. Éli sourit à son tour, heureuse :

    - Joue'vec papa ?

    Elle acquiesça. L'enfant descendit de son lit et toutes deux gagnèrent le battant. Sa mère l'embrassa, puis la poussa dans la grande salle. Jordan sourit et la souleva de terre, avant de la conduire sur le seuil. Ce-fait, il jeta un coup d'œil à son épouse qui, toujours dans la pénombre, lui faisait un petit signe de la main. Le dragonnier refit surface quatre jours plus tard et les mains vides. Il prétexta un accident. L'état-major ne chercha pas plus loin. Lui, son dragon Areamis et sa compagne Éléonore tombèrent le 17 Mai 53, à l'aube.

    Éli grandit aux bons soins de Golm, un ami de son père forgeron et qui l'aima comme sa propre fille. C'était dire si il la gâtait. La fillette prit de l'assurance. Les années passèrent. Vite. Trop vite. Golm lui servit de professeur et lui légua son savoir. Arriva un âge où il voulut lui enseigner le tir à l'arc. Laquelle chose ne lui plut guère. L'homme l'orienta donc vers l'escrime et l'art du combat rapproché. Éliane s'avéra ma foi extrêmement douée. Ses prouesses relevaient d'une future fine lame et si jamais il était advenu qu'elle reste à la capitale, la fillette aurait sans aucun doute obtenu un maitre d'armes. Ce qui aurait été normale, d'où le sang coulant dans ses veines.

    *

    C'est ainsi que l'incroyable se produisit. Lors de son dixième hiver. Un hiver comme il n'y en avait jamais eu auparavant. Dur et de glace. Ses semelles ripèrent sur le verglas et ses genoux vinrent heurter le sol. Le chaudron qu'elle tenait lui échappa et déversa l'eau de la forge. Les quatre tuniques rouges firent un bon en arrière. Chainons et liens de cuirs cliquetèrent, tirant avec eux la créature, aussi pale et givrée que la morsure de l'hiver. Laquelle créature se hérissa, puis la dévisagea. Sa peau était d'un blanc pâle. Les lignes de son visage, fines et émaciées, bien qu'encore juvéniles. D'où sa faible carrure et l'étroitesse de ses épaules qui gagneraient bientôt en maturité. Plutôt jolie. Ses poils de crane étaient plus longs que ceux des deux-pattes qui l'escortaient, échevelés, d'une teinte plus sombre et qui contrastait avec la clarté de ses iris. Lesquelles vert d'eau et gorgées de lumières. Le dragonneau avait du mal à penser. Tout se bousculait dans sa tête. Il s'était passé tant de choses depuis qu'il était sorti de l’œuf. Un torrent d'émotions affluait dans son esprit, mêlé aux sons et autres sensations qu'il percevait. Une odeur particulière émanait d'elle, chaude et amère en tout point semblable à celle de ce mystérieux liquide qui avait tantôt liquéfié le sol-dur. Un râle étranglé sortit de sa gorge. Hésitant, il tira sur ses liens et avança d'un pas, avant de se raviser. De surprise, il huma la flaque d'eau encore bouillante et qui pensait-il, l'avait mordu. Ses gardiens le tirèrent en arrière et le petit retomba sur le flanc. Il s'indigna, puis de frustration tenta de se défaire de l'épais morceau de cuir qui lui enserrait le cou. Le dragonneau n'aimait pas. Peut-être grands-yeux-brillants l'aiderait-il à se débarrasser de ce collier ? Un des deux pattes se mit à parler. Sa voix était grave, comme emplie de reproches. Le pauvre n'y comprenait goutte. L'homme donna un coup de pied dans la marmite qui émit à ce contact un bruit de cloche. L'enfant se recula, visiblement impressionnée. Un appel monta du grand-terrier, de derrière elle. Un des tuniques rouges détacha sa cape avant de se saisir de la créature. Ce faisant, il confisqua le chaudron et la jeta dedans. Golm, inquiet, sortit de sa forge et courut la relever. Le pauvre eut beau la questionner, Éliane ne pouvait quitter des yeux la direction qu'avaient pris les soldats, emportant avec eux sa marmite et d'où s'étaient échappés d'étranges glapissements.

    Plus tard dans la journée, Éli libérerait le nouveau-né et une marque argentée prenait forme à la jointure de son poignet. Le lien se tissa entre les deux êtres. La créature s'avérait être une femelle. Pure et innocente. Aussi posée que le calme précédent la tempête. Chétive et délicate. Éliane la nomma Atlantis. Atlantis au port de reine et ma foi, pleine de tendresse. Golm les conduisit jusqu'à Ellesméra où elles reçurent la formation adaptée. Suite à cela, elles joignirent les Vardens. C'est ici qu'elles firent la connaissance de Yuki Kuran et des frères Dikart. Les années passèrent. La guerre s'étira. Atlantis se fatigua. C'en était trop. Trop qu'elle ne puisse supporter. Elle tînt bon. Jusqu'à ce jour.

    *

    Sang. Mort. Désolation. Tel était le spectacle auquel elles assistaient. La fumée acre du champ de bataille les prenait à la gorge alors que le tintement des quelques lames restantes montait dans l'air. Le crépuscule, lui-même nimbé de sang et reflétant les feux de la bataille. Les hommes, semblaient transformés. Un tel massacre ! Éliane ne pouvait y croire. Quand elle disait que c'était folie que de lancer cette offensive. Ces imbéciles ! En dessous, rebelles et impériaux, face tournée vers le ciel contemplaient la voute où toutes deux se démenaient pour échapper à leurs infatigables poursuivants. Perdues. Atlantis donna un coup d'accélérateur, tourna de côté puis s'enflamma et vrilla plus haut dans le ciel. Rien n'y fit. Même elle, toute puissante qu'elle fut avait ses limites. Les Vardens les avaient menés dans un traquenard. Le dragon ennemi approcha de plus belle et Atli l'évita de justesse. Un cri franchit les lèvres de la jeune fille qui brandit son épée. La pauvre était à plat. Tout énergie l'avait quittée. La dragonnière souffrait de nombreuses contusions et elle ne comptait plus les fois ou le métal avait mordu sa chaire, ce balayant ses sorts de protection dès le premier abord. Du sang suintait de son coté droit, perforé. Son armure, plus cabossée que jamais. Éliane arracha ses manches, en haillons, ce laissant apparaître la peau bleuie et boursoufflée des ses bras nus. La jeune fille pensait avoir la cheville foulée ainsi que quelques doigts de cassés. Sans compter sa jambe qui depuis longtemps déjà, pendait, sans vie à son genoux gauche. Atlantis roula sur le dos. Le cœur d'Eli chavira. Aussi, nauséeuse, elle colla le front contre le cuir de sa scelle. La dragonne partageait cette souffrance. D'où ses ailes fatiguées et déchirées à coups de griffes. Elles qui n'aspiraient qu'à la paix ! Et voilà où cela les avait menées ! Que cela cesse ! Une peur sourde gagna Atli. Tandis que quelque chose germait dans son esprit. Éliane s'en rendit compte :

    « Atlantis, que se passe-t-il ? A quoi penses-tu ? »

    Pas de réponse. A peine eut-elle posé sa question qu'elle se vit chassée de la conscience de sa compagne. Cela eut pour effet celui d'une douche froide. Mais o combien rassénérante ! La dragonne se concentrait, plissait des paupières. Atlantis modifia sa trajectoire, se retourna de façon à avoir les deux créatures dans son champs de mire et les enveloppa d'un feu d'enfer. Le temps pour elle de piquer vers la terre ferme et de les laisser mordre à l'hameçon. Puis d'un puissant coup de queue, elle balaya sa dragonnière et cracha sa dernière glace. Atli percuta le sol et elle ainsi que ces deux assaillants s'empalèrent. La terre s'ouvrit. L'attente parut à la jeune fille interminable. Enfin, la poussière retomba. Et quand elles se croisèrent du regard...

    - Atli.

    Éliane continua de la regarder un moment, avant de réaliser qu'elle n'avait fait que murmurer. L'appel resta sans réponse. La lourde tête de la dragonne retomba sur le côté. Atlantis battit de ses paupières, fatiguées. Ses yeux se fermèrent et elle expira. Ce, faisant voler la raison d'être d’Éliane en éclats. Le lien était rompu. Fini. Tout.
    C'est ainsi qu'on la retrouva, tard dans la soirée, cramponnée au cou de son ex-compagne-de-coeur et psalmodiant des bribes de phrases en ancien langage. Le regard fou. Si bien qu'on la crut folle. Restait une petite quinzaine de Vardens. Lesquels, impressionnés par l'ampleur de son chagrin se contentèrent de rester à l'écart. Un des elfes qui les accompagnait s'avança plus en avant et se plaça à son coté tandis que ses comparses se déployaient en arc de cercle. Éliane pleura sa dragonne trois jours durant, puis se tût. Elle resta là prostrée, le visage enfoui dans l'encolure de sa bien-aimée. L'état-major s'impatienta. Il pria une équipe de sauvetage et les hommes s'en allèrent. Les elfes quand à eux, patientèrent et usèrent de leur sorts de façon à conserver un temps soit peu le corps de la défunte tout en hydratant l'endeuillée. Laquelle s'écroula au bout de deux semaines. Éliane passa sa convalescence à Ellesméra. L'année d'après, et elle rejoignait l'Empire.

    • Famille : [ 3 lignes minimum ] La jeune fille fut confiée étant petite à un ami de son père, forgeron et répondant au nom de Golm, à Therinsford. Ses parents, tous deux impériaux moururent de la main de leurs supérieurs. Suite à son départ du foyer familial, Golm se remaria et eut un fils ; Marceau. Lequel bambin, à présent âgé de huit ans se plait à considérer Éliane comme sa grande sœur. Ce en dépit du sang. Elle ne les voit que très rarement ; Le travail avant-tout.


>>> Arme de prédilection
.
    • Description : Pend à sa ceinture une épée à double tranchant, plutôt lourde et au pommeau d'or.

    • Acquisition : Cette même épée lui a été fournie lors de son affectation à l'Empire.



>>> Question subsidiaire
.
    • Comment avez-vous connu le forum ? :...

    • Quelque chose à ajouter ? :...



Dernière édition par Eliane Karmer le 24.05.12 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kershkan
Dragon
avatar

Féminin Nombre de messages : 150
Age : 22
Localisation : Teirm
Statut | Rang | Clan : Oeuf / Mercenaire : lézard libre et fier de l'être !
Votre Dragon | Arme : Le strict nécessaire pour cramer et découper en morceaux
Age du personnage : 1 ans et quelques
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: Présentation MAJ de Éliane Karmer   23.05.12 21:00

Re Eli =) C'est agréable à lire ta nouvelle présa ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glandiel
Apprenti Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 140
Age : 18
Localisation : -_-'
Statut | Rang | Clan : Elfe | dragonnier en formation
Votre Dragon | Arme : Fìgnàrël | Ìstalrì ( arc ), Epee, Magie.
Age du personnage : 80 ans, 17 en apparence.
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: Présentation MAJ de Éliane Karmer   23.05.12 21:15

Super histoire ^^ Bravoo ( comme dirait mon prof de maths ).

_________________


Un Grand merci à Val' pour la signature ^^

Spoiler:
 


Theme de Glandiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliane
Sergent de l'Empire
avatar

Féminin Nombre de messages : 577
Age : 19
Statut | Rang | Clan : Sergent de l'Empire - Ex Rebelle
Votre Dragon | Arme : décédé / épée, dagues
Age du personnage : 22 ans

Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Présentation MAJ de Éliane Karmer   24.05.12 18:20

Merci beaucoup ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation MAJ de Éliane Karmer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation MAJ de Éliane Karmer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eragon le Forum ! :: :: Membres :: :: Présentation :: Présentations Validées-
Sauter vers: